Ponctuations typographiques | retrouvez Gutenberg avec InDesign

Grâce à InDesign composez la typographie à la manière de Gutenberg

les deux grandes inventions de Johannes Gutenberg sont l’encre à base d’une huile compatible avec les lettres en plomb pour y adhérer jusqu’à l’impression, et les «types», les caractères mobiles qui ont permi à Gutenberg d’imprimer environ 180 exemplaires de cette bible, en quelques mois. Les copistes des monastères auraient mis plusieurs années pour le même résultat. L’histoire de Gutenberg et le timeline de la réalisation de cette Bible se trouvent parfaitement d’(écrites) sur le site de la British Library , pour lequel j’ai personnellement une plus grande affection que pour le site officiel du musée de sa ville natale. Mon intention ici n’était pas de raconter l’histoire de J.G. mais de vous faire toucher du doigt (non pas votre écran, brk) mais la qualité des gris typographiques de cette Bible de Gutenberg. Une maîtrise rare pour une composition d’un texte en Gothic Textura, où le soin qu’apporte le typographe à éviter les «rivières», semble relever du miracle. N’oubliez pas qu’en plomb, on ne pouvait ni «déformer» (chasse de caractères), ni même resserrer des approches du fait de la rigidité du métal. Seule variable donc l’interlettrage et les blancs entre les mots.

Toutefois il reste une variable que Gutenberg a utilisé à foison. Celui des ponctuations de fins de ligne. Déjà les copistes du Moyen Âge utilisaient ce stratagème pour donner plus d’homogénéité à leur colonne de textes <manuscriptes>. Éviter ainsi des blancs de fin de ligne désastreux pour l’architecture de la page et du coup pour le confort de la lecture. Dans les années 90, il me semble vers 1992-93, on vit apparaître dans les menus d’Adobe Illustrator, la possibilité de «rejeter» les ponctuations en dehors de l’alignement. La plupart des lecteurs professionnels, les correcteurs typo notamment hurlaient à la mort. «Ce n’est pas conforme au code typo…»… — mais Gutenberg le pratiquait déjà en 1470… — «non c’est pas typo»… c’est ainsi que je me suis vu jeter à la figure des compositions de typogabor par les correcteurs de Selection Reader Digest, au début des années 80… — pas typo…– À ce propos je vous signale un site remarquable pour vous faire voyager dans le manuel typographique de Pierre-Simon Fournier, 1764 et 1766 :

simon-pierre-fournier.1173097307.jpg

click for zoom

click for zoom

click for zoom

tramway-gothic-fraktur-fett.1173098865.gif

où l’on voit qu’avec InDesign on peut aussi paramétrer la composition pour «rejeter» les ponctuations en dehors de la justif. Le résultat en est une grande rigueur des alignements droite-gauche alors que dans l’exemple ci-dessous, le paramètre désactivée donne une fausse sensation de drapeau à droite… Assez désagréable à mon goût.

tramway-gothic-fraktur-2.1173098902.gif

Fabrication du papier à l’ancienne. Cliquez sur l’image.

click for zoom

quelques liens :

http://www.papiermuseum.ch/default-1.htm

click for zoom

la bible en 42 lignes exposée à Mainz (Germany)

la bible exposée à la British Library à Londres

Ce contenu a été publié dans Galaxie Gutenberg, Lisibilité et Visibilité, Méthodologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ponctuations typographiques | retrouvez Gutenberg avec InDesign

  1. Nouveau : venez découvrir l’émission « Clin d’œuvres », sur le portail culture de la Ville de Lyon : http://www.culture.lyon.fr/clin-oeuvres

    « Clin d’œuvres » est LA nouvelle émission vidéo sur l’art à Lyon. En deux minutes, des petits clips mettent à nu une œuvre d’art ou d’histoire d’un des musées de la Ville de Lyon.

    Cette semaine : « Le fonctionnement d’une presse » au musée de l’Imprimerie de Lyon.
    La presse topographique
    Comment fonctionne une presse ?
    Qu’est-ce que la typographie ?
    Comment la presse a changé le monde ?

    Allez vite voir !