Paul Gabor | préambule |

Preambulepaulgabor

23 octobre 1956 | 20 heures | Budapest

Paul Gabor quitte la Hongrie à bord du train Alberg Express en ignorant que 10 minutes très exactement après, l’insurrection Magyare allait éclater.

J’ai cherché aujourd’hui une brève dans mon journal préféré sur cette date historique. En vain. Il semble qu’il va falloir attendre un an pour que les médias se déchaînent pour le 50e anniversaire de cet événement qui marqua un tournant majeur dans l’histoire des relations entre le monde communiste et le monde dit «libre».

Arrivé en France, chargé de «monter» le stand des jouets hongrois au Salon de l’Enfance sis au Grand Palais, il restera à Paris, à la demande de son épouse restée en Hongrie. Il recommence alors pour la troisième fois, une carrière de graphiste interrompue par la guerre, la déportation. C’est l’histoire de cet homme voué à la vie plus qu’à la survie que je vais tenter de conter de la manière la plus objective possible. C’est l’histoire de mon père. Son œuvre, ses passions, ses méthodes de travail et sa vision pédagogique.

Lire dans Le Monde : 

LES 60 ANS DU « MONDE » 13 – 1956 |LES CHARS RUSSES ÉCRASENT L’ OCTOBRE HONGROIS | Article paru dans l’édition du 26.10.04

                  
         

HONGRIE : il y a trente ans L’ancien président du conseil Imre Nagy était exécuté |Article paru dans l’édition du 16.06.88

                  
         

Le « tremblement de terre » de Budapest en 1956 |Article paru dans l’édition du 23.10.96

Filetnoir_20

                  
      

                  
      

                  

 

         

                  
      

 

Ce contenu a été publié dans Paul Gabor | Tribute. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Paul Gabor | préambule |

Les commentaires sont fermés.