Internet and democracy | Grace à Internet nous sommes devenus tous des Human Medias.

_
_

Les médias bougent, internet quoiqu’en pensent nos politiques revêches devient le média majeur de notre vie quotidienne. Et je le dis d’autant plus aisément qu’il touche le monde entier toutes régions, et toutes catégories sociales confondues de la planète. Et vous savez aussi bien que moi la raison de cette mutation majeure.

Tout simplement parce que grâce à Internet nous sommes tous devenus des médias.

Nous sommes devenus des Human Media. Voilà un terme qui devrait plaire à nos sociologues et spécialistes en marketing, désireux de vendre de nouvelles expertises autour des stratégies de communication. Human Medias for Human Rights, bien sûr, voilà quelque chose qui plaira un peu moins à ceux d’entre les politiques qui pensent pouvoir se servir d’Internet comme instrument de manipulation collective.

Oui, ce Human Media décale et bouscule toutes les lignes des métiers de la Com. Parce que nous sommes devenus tous, à la fois acteurs et spectateurs des mêmes infos qui circulent sur la Terre à Grande Vitesse. Et quel rapport avec la vidéo ci-dessus? aucun, sinon que nous ne sommes qu’au début du temps des experts qui vont essaimer pour nous expliquer le rôle que joue dans notre vie quotidienne et politique cette merveilleuse Toile. Bon courage à toutes et à tous. Dès que j’ai fini ma rentrée à e-artsup, je reviens vers vous pour de nouveaux billets et un nouveau cycle de réflexions. 

Ce contenu a été publié dans De la Modernité, Design interactif, Videos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Internet and democracy | Grace à Internet nous sommes devenus tous des Human Medias.

  1. jean dit :

    @cyril Amusant que vous parliez de la démocratie et du net car ce que je trouvais intéressant et et inédit dans cette conférence, c’est le point de vue selon lequel les régimes totalitaires feignant de laisser les citoyens libres de tweeter (afin de s’attirer la clémence internationale) sont en fait les plus affreux car le web le permet de contrôler facilement les échanges.

    Ah, ce fameux ROI n’a pas fini de nous causer des soucis… Il n’y a bien que les dictateurs pour s’y retrouver