Conférence Typographie à l’École Multimedia à Paris

Un peu tard pour l’annoncer, votre serviteur a servi une conférence de dernière minute à l’École Multimedia à Paris hier après-midi: une Histoire de la Typographie. Je voudrais ici surtout remercier Valérie pour son accueil des plus sympathiques et aussi les stagiaires qui ont eu le courage d’assister à ce roman-fleuve de 4 heures fort heureusement très visuel :-).

Ce n’est jamais simple de raconter l’histoire d’un métier, voire d’un corpus comme la Typo. J’ai choisi délibérément deux focus: celui de l’épistémologie et celui des Héros de cette longue histoire. Il apparaît comme dans toute science de la connaissance qu’il est important de fixer les méthodes d’approches et d’analyse d’un corpus. Sans cela nous serions invariablement soumis à la seule méthode apprise à l’école élémentaire, la chronolgie. Or cette chronologie ne fonctionne qu’à moitié pour expliquer les évolutions. Comme le souligne Michel Wlassikoff il est important de se pencher sur les aspects politiques et sociales pour comprendre l’évolution des arts graphiques qui ne se suffisent pas d’explications technologiques comme le laisserait entendre d’autres points de vues déjà largement citées ici.

L’histoire de la Typographie se confond bien entendu avec l’histoire des tracés mais aussi des techniques de reproduction, auquel il faut ajouter bien entendu l’histoire permanente des transgressions. Cela donne une série de sinusoïdes progressifs et superposées sur un timeline qui va de 3000 ans avant JC jusqu’à nos jours.

En espérant avoir répondu à (presque) toutes vos attentes, je vous remercie encore une fois de votre accueil des plus chaleureux.

Ce contenu a été publié dans De la Modernité, Galaxie Gutenberg, Histoire des Arts Graphiques, Méthodologie, Neville Brody, Production Graphique, Typo | Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Conférence Typographie à l’École Multimedia à Paris

  1. Elisabeth Livolsi dit :

    Ce panorama de la typographie à travers son histoire, lié à un angle savamment choisi d’acteurs majeurs du graphisme, fut un splendide voyage pour vos auditeurs !
    La découverte de ces univers graphiques permet d’ouvrir le champ des possibles car il est infini. Tout le monde le sait, c’est tellement évident… pourtant, l’on oublie que nous bâtissons nous-même nos limites graphiques. Le graphisme, comme sans doute la typo, est un combat contre soi même… où l’on se doit de se libérer de ses propres limites. Et tout cela, avec une rigueur implacable. Il y a une complexité cérébrale palpable dans le travail de l’évidence graphique ;-) (en tous cas pour une apprentie!)
    Plus simplement, un grand merci pour cette belle conférence !
    Une élève de l’école

  2. Elisabeth Livolsi dit :

    Ce panorama de la typographie à travers son histoire, lié à un angle savamment choisi d’acteurs majeurs du graphisme, fut un splendide voyage pour vos auditeurs !
    La découverte de ces univers graphiques permet d’ouvrir le champ des possibles car il est infini. Tout le monde le sait, c’est tellement évident… pourtant, l’on oublie que nous bâtissons nous-même nos limites graphiques. Le graphisme, comme sans doute la typo, est un combat contre soi même… où l’on se doit de se libérer de ses propres limites. Et tout cela, avec une rigueur implacable. Il y a une complexité cérébrale palpable dans le travail de l’évidence graphique ;-) (en tous cas pour une apprentie!)
    Plus simplement, un grand merci pour cette belle conférence !
    Une élève de l’école