La France, cible de hackers chinois | info ou intox

La France, cible de hackers chinois
LE MONDE | 08.09.07

© Le Monde.fr

 

Lu ce jour dans le Monde.fr un article qui décrit l’hypothèse d’une attaque virale ou par intrusion sur les ordinateurs sensibles et stratégiques de la Défense de certains pays européens, France, Angleterre et Allemagne… je cite :«Je ne suis pas en mesure de dire que ces attaques viennent du gouvernement chinois, expose Francis Delon (secrétaire général de la défense nationale (SGDN)). La particularité de ce type d’attaques, c’est qu’elles se font par rebonds », passant d’une adresse à l’autre pour mieux se dissimuler. Mais, ajoute le secrétaire général de la défense nationale, «on sait qu’il y avait un site chinois dans la « boucle »». L’implication de l’armée populaire chinoise, avancée dans les exemples américain ou britannique, reste pour lui une « hypothèse »

Ce qui me semble assez choquant dans la description de l’évènement c’est que par le passé d’innombrables attaques ont déjà essaimé toute la planète… et leur mode opératoire était déjà identique… par rebonds, de pays en pays, de continent en continent… donc dans le cas présent en raison de la présence de la Chine dans cette boucle de rebonds on décide non seulement de mettre en accusation des hackers chinois, mais d’émettre l’hypothèse (non exclu, donc hypothèse) que l’armée et bien entendu donc le gouvernement chinois serait derrière cette affaire…

De deux choses, ou bien les autorités ont des informations bien plus précises qu’ils omettent de citer, et, qui légitiment leurs accusations à peine voilée, ou bien il s’agit d’une instrumentalisation à des fins multiples…

Factuel: par le passé, lorsqu’un hacker allemand ou anglais ou américain, s’attaquait ainsi au réseau des réseaux, son mode opératoire était déjà identique, intrusion, diffusion de mails-spam avec un vers dissimulé, rebond successif des adresses IP de la source du mail ou de l’intrusion donc impossibilité de retracer précisément l’origine de l’attaque…

Mais par le passé, on n’a jamais accusé le gouvernement Américain ou Anglais ou encore Allemand de se cacher derrière ces attaques. Les choses changent, puisque non seulement on a cette fois décidé d’attribuer ces attaques aux seuls ressortissant chinois, mais de plus on émet l’hypothèse à peine voilée que le gouvernement de Pékin pourrait se cacher derrière ces attaques.

Autre hypothèse… les autorités des pays industrialisés en ont assez de certaines défaillances du système du web (piratages etc.) et envisagent de recourir à des défenses qui impliqueraient un contrôle «parental» bien plus coercitif que l’adresse IP seule qui suffisait jusqu’à présent pour remonter aux sources d’une donnée émise.

Quelques symptômes dans les infos de ces derniers jours motivent cette hypothèse… on a entendu depuis une semaine les chiffres les plus fantaisistes provenant des majors de la musique qui déclarent avoir perdu 40% de leur CA en raison du piratage généralisé… on avance des chiffres dont on ne connaît même pas les fondements, un milliard de télé-chargement illicite… on se demande comment on peut arriver à une telle mesure arrondie et précise… mais si l’on rapproche cette première information de celle qui suit avec l’attaque prétendument chinoise alors on peut éventuellement envisager qu’il existe une volonté de préparer les populations des pays dits «riches» à l’introduction de lois et d’un contrôle accru sur les échanges de données.

Vous vous demandez sans doute pourquoi j’ai posté ce billet sur mon blog, tout simplement parce que l’info en question fait parti de celles qui ne sont pas commentables (vive le web 2.00) par les lecteurs du Monde… elle n’est pas la seule. Nombre d’articles où j’aurais aimé commenter voient cette possibilité désactivée, sans doute que le nombre de modérateurs est trop restreint au journal pour qu’ils puissent administrer les commentaires sur tous les articles. N’empêche que pour le coup cette information me semblait à la fois si importante et traitée de façon tellement légère qu’elle soulevait nombre d’interrogations légitimes que je n’ai pu m’empêcher, un de poster ce billet, deux de laisser les lecteurs de D&T en débattre pour pouvoir exprimer le pluriel d’une opinion qui ne saurait être laissée aux officiels seuls. Qu’en pensez-vous…

Ce contenu a été publié dans De la Modernité, Opinions et Im-pertinences. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La France, cible de hackers chinois | info ou intox

  1. kamizole dit :

    Je viens par hasard, enfin pas tout à fait : les références du blog sur les commentaires d’un récent article sur l’extension (prévisible !) de la crise économique américaine à l’économie réelle. comme vous je constate qu’on ne peut plus commenter force articles, surtout sur la politique française et les « réformes » que Sarko & Fillon veulent faire adopter à marche forcée ! Je ne suis pas plus économiste que vous (le programme d’éco en droit est digne tout juste d’un bac G !)mais je m’intéresse à ces questions depuis bientôt 30 ans et sans doute mieux vaut ne pas l’être à voir l’aveuglement de beaucoup d’entre eux, incapables d’anticiper les retournements de tendance.
    Il y aurait beaucoup à dire sur la Chine comme entité politico-économique (ne pas confondre les personnes en général et notamment la grande masse dont le sort ne me paraît pas s’être réellement aussi amélioré que voudraient nous le faire croire les thuriféraires du marché libre et des délocalisations à tout va) y compris sur le plan militaire : il y a sûrement dans « l’appareil d’Etat » chinois la tentation de devenir les « maîtres du monde » à la place des Américains.
    Mais ceux-ci me paraissent prêts à siffler « la fin de la récré » (entre parenthèses ils sont peut-être moins cons que les dirigeants français qui disent amen à tout ! en ce sens qu’ils savent mieux protéger leurs intérêts et s’en donnent les moyens… si nous espérons quoique ce soit de la Commission européenne on risque d’attendre encore longtemps).
    Bien entendu, tout cela éclate fort opportunément mais faut-il y voir une sorte de « complot » ou n’est-ce pas la conjonction d’un ras-le-bol (la « merde » chinoise déversée n’est pas une illusion) et de la prise de conscience des dangers d’une économie dématérialisée, déconnectée de l’économie réelle (laquelle, jusqu’à preuve du contraire, reste le seul moyen d’une vraie croissance !)