Catherine Zask met en scène le logo du Prix Émile Hermès

Catherine Zask est l’une des figures les plus énigmatiques que je connaisse dans les milieux graphiques de Paris. Solitaire, intellectuelle, sensible, philosophe, linguiste et sémanticienne de la typographie cherchant sans cesse à renouveler le méta-langage des signes elle nous a habitué tout au long de sa carrière aux expérimentations les plus surprenantes avec pour point d’orgue la recherche indicible et permanente sur le signe et le signifié.

Elle vient de réaliser pour le Prix Émile Hermès une identité visuelle interactive qui montre une fois de plus la rigueur d’une pensée toujours prête à casser les règles en en inventant de nouvelles. Vous laisse découvrir en avant-première cette identité en animation et quelques unes de ses œuvres majeures que vous pouvez retrouver sur son site ici. Le website du Prix Émile Hermès ne sera officiellement ouvert que le 15 septembre et vous en parlerai mieux lorsque le dossier de Presse sera disponible. Bon voyage en pays de typographie expérimentale. Un vrai plaisir des yeux et de l’esprit.

vidéo ici: http://www.typogabor.com/Video/zask-hermes-logo.mov

Le Prix Émile Hermès s’adresse aux jeunes designers européens. Il récompense la création d’objets innovants nés d’une réflexion sur le thème de «la légèreté au quotidien» appliquée aux objets du voyage et de la maison.

Quelques unes des innombrables travaux de Catherine Zask ci-dessous et sur son site .

Ce contenu a été publié dans Les Logos, Typographie et typographies. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Catherine Zask met en scène le logo du Prix Émile Hermès

  1. Soheil dit :

    Salut Peter,

    Je continue à être sur-occupé (je n’ai même trouvé le temps de t’appeler lors d’un voyage-éclair à Paris il y deux semaines), mais je ne voudrais pas laisser sans commentaire le dossier que tu consacres à Catherine Zask – je ne voudrais pas qu’elle croie, si elle visite ton blog, que son travail laisse tes lecteurs indifférents.

    J’aime beaucoup ce que fait Catherine Zask. J’aime son graphisme légèrement décalé, et la manière qu’elle a d’allier la plus grande rigueur à l’invention la plus débridée. C’est en tout cas un travail extrêmement stimulant pour le lecteur-spectateur que je suis. J’en ressors toujours en me disant que ce sont des pistes que j’aurais aimé explorer (si je n’avais pas une clientèle si coincée). Mais c’est le propre des vrais créateurs, je crois, de donner au spectateur le sentiment qu’il participe à leur création.