Esprit Velib, esprit jeune, esprit constructiviste

Sans avoir eu à me fendre moi même d’une créa pour vous montrer d’autres possibles dans l’univers visuel du vélo, voici une maquette vu sur le site de Cosas visuales qui montre d’autres pistes pour exprimer la novation et la modernité du vélo de ville. Bien sûr la référence aux années 20 de la Russie de Lenine et Staline sont évidentes, mais d’autres graphistes de renom s’en sont également inspiré pour signifier des tendances sociales modernes. Il suffit d’examiner la majeure partie de l’œuvre de Neville Brody (en tous cas, la période qui l’a rendu célèbre) pour voir que cette tendance DaDa et constructiviste peut exprimer bien plus que les idéologies de masse d’une époque fascisante. Construire plutôt que de subir, intégrer un outil-ludique-objet dans son univers de tous les jours pour transformer sa vie quotidienne, s’approprier les deux roues motrices d’un déplacement individuel pour aller à la rencontre de l’autre… voici des thèmes que le graphiste contemporain peut explorer autrement que par la création maladroite d’un logo velib’ (sans accent) digne de la maternelle.

Au fond si j’avais été consulté pour assurer cette communication, j’aurais sans doute été plus proche des codes visuels de Nike ou Adidas qui ont expérimenté depuis longtemps ce segment marketing et compris l’intérêt d’associer humanisme Rabelaisien à modernité techno-sociale… «un esprit sain dans un corps sain»

Ce contenu a été publié dans De la Modernité, Typographie et typographies. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Esprit Velib, esprit jeune, esprit constructiviste

  1. Thierry dit :

    Oups… lire « bobo » bien sûr !