poptronics | un nouvel espace pour l’art contemporain including Fujiya et Miyagi

Dossier de Presse

Annick Rivoire

Elle impulse et propulse Poptronics. Après dix ans d’observation pointue et critique de la création avec/dans/sur les nouveaux médias en tant que journaliste, elle a quitté le quotidien « Libération » à l’été 2006, pour lancer le projet qu’elle veut utopique d’un média des cultures digitales. Au four et au moulin, elle dirige la rédaction tout en assumant la responsabilité de gérante et directrice de la sarl poptronics. Elle intervient également dans des tables rondes et colloques (Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand, Nuits sonores à Lyon, Rencontres européennes des artistes à Cabourg…), contribue à des projets d’artistes (Alexandre Périgot, Claude Closky), et prépare la suite livresque de poptronics. http://www.poptronics.fr

Elisabeth Lebovici

Rédactrice en chef du pop’lab, Elisabeth est critique d’art, a travaillé quinze ans au service Culture de «Libération», fut rédactrice en chef de «Beaux-Arts Magazine» et a participé à de multiples projets impliquant des artistes ; des ouvrages (Annette Messager, Georges Tony Stoll, Valérie Mréjen….) ; des séminaires (« Something you should know » à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, depuis janvier 2006) ; des expositions et festivals mais également d’autres activités plus militantes. Elle enseigne sporadiquement, s’énerve assez souvent, écrit des chroniques critiques sur son blog, Le Beau Vice , et aussi de gros pavés érudits, à l’instar de « Femmes artistes, artistes femmes, la création à Paris au XXe siècle », à paraître le 3 septembre 2007 aux éditions Hazan (en collaboration avec Catherine Gonnard). http://le-beau-vice.blogspot.com/


Christophe Jacquet dit Toffe

Activiste graphique, professeur invité dans les plus prestigieuses universités (la Calarts de Los Angeles en 2007), générateur d’expositions (au Festival international de l’affiche en 2005 à Chaumont), Toffe réfléchit à l’identité graphique d’institutions culturelles (le Cneai, le Centre culturel d’Alger), de grandes compagnies (le Lit national) comme aux systèmes graphiques pour un festival de musique acousmatique à Londres (Cut and Splice, 2006)… Directeur artistique de poptronics, il prend en charge son identité visuelle. http://www.toffe.net

David Guez

Artiste présent sur le Net français depuis 1994, hacktiviste et ancien informaticien, David Guez est le conseiller ès code de poptronics. Il arpente le Net en quête de solutions et aide à la mise en place des spécifications. Ce précurseur de l’art Internet en France a notamment été le premier à imaginer la plate-forme d’échanges audiovisuelle Teleweb.org (un ancêtre de Dailymotion ou Youtube) dès 1998, poussant à l’émergence du « self-média » dont poptronics est un avatar. En 2004, il affirmait la fin du Web et lançait des projets artistiques en P2P (les échanges pair à pair, ou peer to peer). Sa carrière l’a mené d’expositions en festivals, de performances en réalisations de sites (à l’instar de la plateforme communautaire 1400cm3, alternative à Myspace, ou de 2067 un e-mail vers le futur). http://www.guez.org

Pierre Giner Artiste, réfléchisseur en chef, il offre à poptronics ses utopies et ses envies de changer de manière de vivre dans le flux d’informations. Conseiller très spécial, il imagine la petite phrase sans rapport avec poptronics en page d’accueil, pousse l’entreprise pop vers plus de fantaisie et d’imagination. Le Peter Pan de poptronics est artiste et impossible à cataloguer, même s’il n’a pas peur de confronter outils technologiques et problématiques contemporaines pour proposer des œuvres jouant du décalage. Bien avant l’interdiction de la cigarette, il imaginait «Ça dure un peu», une clope digitale qui se consume d’un clic, classique de l’art du réseau. Spécialiste de la re-mise en scène ou du détournement, il conçoit entre autres « le Bruit des avions », un simulateur de vol qui n’apprend pas la chute, « Elsewhere Japan », une vraie fausse balade dans un paysage d’images réalisées au Japon avec un téléphone portable ou encore Talk Saver, un prototype pour capter la parole et la transcrire en texte, conçu pour la biennale de Venise en 2005. A l’automne 2006, il réalisait pour Patrick Bouchain au pavillon français de la biennale d’architecture de Venise un dispositif de promenade dans le travail de l’architecte.
http://www.pierreginer.net

C’est en tous cas grâce à Annick Rivoire que j’ai découvert cette vidéo: Ankle Injuries (Extended Version) – Fujiya & Miyagi que j’aurais tendance à classer dans le peloton de tête des vidéos les plus créatifs de l’année.

j’ai importé la version dailymotion par précaution et aussi par curiosité. Le risque de voir disparaître les vidéos des espaces de partage est grand. Le fait est que YouTube semble plus prédisposé à suivre les ayants droits que DailyMotion, j’ai pu m’en rendre compte à diverses occasions. En revanche le clip sur YouTube est plus complet (extended), il a donc forcément sa raison d’être en doublon dans ce billet.

via: http://www.poptronics.fr/


et là il s’agit d’une vidéo de Michel Gondry que nous recommande un lecteur (Peha) que je trouve vraiment intéressant aussi.

Ce contenu a été publié dans Création plastique, Galaxie Gutenberg, Typographie et typographies, Videos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à poptronics | un nouvel espace pour l’art contemporain including Fujiya et Miyagi

  1. peha dit :

    Personnellement je préfère ce qu’a fait Gondry pour les white stripes.
    Même si l’effet de trame des points des dés est très intéressant.

    la Question : est ce de la prise de vue réelle ou un « simple » traitement de la vidéo ?

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/gondry+lego/video/xi752_white-stripes-fell-in-love-with-a-g_music