Logo Paris Première | un exemple de dysfonctionnement sonore

Hier soir nous regardions ma fille et moi la télé et à la fin d’une émission, l’animateur vedette invitait les téléscrutateurs à se rendre sur le site de l’émission. Dans la bouche de l’animateur qui s’adresse directement à mes oreilles, cela donne : «vous pouvez vous rendre sur le site de Paris Tiret Première Point Fr.

Paris

Tiret

Première

Point

Fr

Ça trottait dans ma tête depuis longtemps et là brusquement ça m’a sauté aux oreilles… je n’entendais pas Paris Première mais Paris Tiret Première Point FR. J’imagine sans peine le désapointement des consultants qui planchent durant des semaines pour trouver un nom de marque qui sonne bien à l’oreille. Vivendi, marque o combien emblématique tout comme la Twingo ou tout simplement la LCL ont payé cher pour avoir des marques non seulement visuelles mais aussi sonores (ou phonétisé si vous préférez). Désormais je vais au Le Le Crédit Lyonnais, j’en ai déjà parlé dans cet article . Mais j’avais complètement occulté ce phénomène, la diffusion des adresses internet par voie orale, à la Radio ou à la Télé. Ce qui fait que nous entendons maintenant à longueur de journée des Vivendi Point Com ou des Thomson Point Net Barre Oblique FR Barre Oblique Home Barre Oblique Group. Outre le fait qu’une telle mémorisation suppose qu’on ait un cerveau très jeune et maléable on se retrouve depuis quelques années avec la même problématique que nous avons essuyé lorsque France Telecom nous a fait passer du Balzac 00 01 à 225 00 01 puis à 42 25 00 01 pour terminer avec un numéro tellement long, 01 42 25 00 01 et symétrisé que nos cerveaux n’ont plus aucun repère mnémotechnique tellement utile à une autogestion de nos contacts. §

On retrouve donc cette même complexificazione sonore et mémorielle avec les adresses internet des marques déclinées sur les ondes ou le cable. Les ponctuations et autres signes typographiques, les points, les tirets, les slashes, les tirets « underscore », les <fr> <net> <org> <com> prennent une importance sonore dans l’énoncé des marques au point qu’elles devront intégrer ce phénomène à terme dans leur stratégies de communication. Voici ce que cela devient. Cliquez sur le lien

Je suis curieux d’entendre, ou plutôt de lire vos réactions ;-)

Ce contenu a été publié dans De la Modernité, Lisibilité et Visibilité, Opinions et Im-pertinences. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Logo Paris Première | un exemple de dysfonctionnement sonore

  1. lejocelyn dit :

    Concernant les extensions (.org, .net, .com, .gouv), celle-ci ont du sens et un site entrepriseA.com ne sera pas forcément le même que entrepriseA.org . Les noms de domaines ( l’adresse que vous entrez dans votre navigateur, genre : wikipedia.org) sont achetés un par un et l’extension fait parti du nom de domaine.

    En ce qui concerne les accents, la problématique est un peu plus large, je dirais simplement que maintenant, on peut avoir des noms de domaines en langue autre que l’anglais (le chinois, le français, le russe, etc.) et que ça peut être une très bonne chose. Il y a pas mal de problèmes de sécurité cependant qui y sont liés (phising notamment). Ça ne simpliera pas forcément la vie à l’utilisateur.

    Sinon, concernant la prononciation des adresses, il y a aussi les anglicismes : dot com, etc.
    Et chez moi, on ne dit même pas double v mais ouais.
    ouais ouais ouais point ouikipédia point com .

    :)

    = hier soir j’ai entendu aussi oua oua point chose //p MdR