Graphiste : n. masculin/féminin | Vocabulaire et définitions

bnf-definitions-grapaisme.1174950067.jpgSite de la BNF consacré au graphisme

le graphiste dessine « à dessein » – dans le cadre d’une commande – les différents éléments graphiques d’un processus de communication.

Je suis *tombé* l’autre jour sur le site de la bnf, consacré au graphisme. Voilà un sujet intéressant et en compilant tous les extraits que l’on y découvre sous un interface assez pénible, voici ce que cela donne. Il est à remarquer que ces textes s’échelonnent entre 1974 et 1995

____________________________________________________

Extrait de La charte du graphisme,
Syndicat des graphistes, 1995

1 – Le graphiste – ou designer graphique – est un professionnel de la communication, un artiste-auteur qui conçoit, met en forme et coordonne la réalisation d’un processus de communication visuelle, à la demande d’un commanditaire, et pour des destinataires très variés.
2 – Cette pratique professionnelle l’amène à proposer des solutions conceptuelles et stratégiques adaptées aux problématiques de ses clients. Il organise le sens des messages avec des éléments linguistiques et des formes graphiques originales, reproduits sur des supports ou des environnements de communication, imprimés, peints, optiques ou magnétiques, à plat ou en volume.
3 – Le graphiste intervient dans des secteurs très différents : entreprises, institutions, administrations, collectivités locales, associations, pour lesquels il réalise des systèmes d’identification visuelle, des signalétiques, des supports de communication institutionnelle et publicitaire, des expositions,des présentations de produits, des communications multimédia, etc.
4 – Ces interventions contribuent à la construction de « l’image » ainsi qu’au développement social et économique d’une entreprise ou d’une institution.

Sans doute un des textes les plus concrets et exhaustifs. Celui ci-dessous du Centre national des arts plastiques ne parle pas du graphiste comme acteur, mais seulement du graphisme. Assez réducteur somme toute. Mais compte tenu de l’opinion assez peu amène des plasticiens à l’égard des graphistes, pas très étonnant cette manière de diminuer le rôle social de ces artisans de la communication. Le plasticien se considère lui comme un artiste à part entière. toujours cette polémique stérile bien que je connaisse peu de graphistes qui se considèrent comme des artistes.

Le centre national des arts plastiques

Le graphisme est une forme de communication visuelle présente dans tous les domaines de la vie quotidienne, dans les sphères publiques et privées. Il s’agit de la conception et de la réalisation des projets et programmes allant des identités graphiques, des affiches, et des imprimés de toutes sortes – livres, annonces, journaux, revues, dépliants, brochures, formulaires… à la signalétique, les céderoms, les génériques de télévision et de cinéma ainsi que les sites web. Le graphisme participe, comme l’architecture et le design, à constituer notre environnement visuel. Il a ainsi une grande influence sur notre perception du monde.

Extrait du catalogue Images d’utilité publique, éditions Centre Georges-Pompidou, 1988

En réponse à une commande publique ou privée, le graphiste donne aux idées une forme visuelle reproduite généralement sur un rapport papier, mais qui peut l’être également sur un écran ou une architecture, forme qui sera reçue, vue, maniée par des centaines, voire des centaines de milliers de personnes. Son travail consiste à analyser les besoins en communication de son commanditaire et à leur donner une solution visuelle appropriée. Pour élaborer sa proposition, il détermine tous les éléments qui composent l’image : la typographie, la calligraphie, la mise en page, la qualité du papier, les couleurs, l’emploi éventuel de photographies et d’illustrations. Il suit la production du projet de sa conception jusqu’à l’impression et à la fabrication. Il élabore des images graphiques pour des affiches, des publications, du matériel d’information, des timbres, des billets de banque, conçoit l’identité visuelle d’institutions (logotypes et symboles et leurs déclinaisons sur le matériel imprimé et l’architecture), réalise des programmes de signalétique, des plans et des cartes. Il met en page des formulaires. Il travaille comme indépendant en petite équipe ou en bureau plus important, dans le département de graphisme d’un bureau de design industriel, d’architecture, dans un bureau intégré à une firme, à une administration, ou dans une agence de publicité. Selon le cadre dans lequel il travaille, son autonomie est plus ou moins grande. Plus les objectifs de la communication sont déterminées par les stratégies commerciales, plus son savoir-faire sera orienté par ces stratégies.

Artiste et technicien, son rôle varie selon la nature du problème posé. Il peut jouir d’une grande liberté d’expression plastique quand il conçoit une affiche pour une manifestation culturelle ou mettre en œuvre sa capacité d’analyse et d’organisation quand il réalise un système signalétique fait pour durer. Il doit savoir manier, dans les deux cas, avec sensibilité et subtilité, des codes visuels familiers pour inventer de nouvelles solutions graphiques.
Médiateur entre le commanditaire qui émet le message et le public qui le reçoit, il contribue à la valorisation ou à la dévalorisation d’un contenu. Il doit être conscient de la finalité de ses productions, car elles participent à la construction du paysage esthétique et social quotidien.

Retour de tendance au Centre Georges Pompidou. Là on retrouve le rôle social et culturel à part entière d’un graphiste à mi-chemin entre l’investissement artistique et le sens de la production, responsabilité économique ultime du graphiste.

Pour en savoir plus sur :

Le centre de ressources du centre national des arts plastiques
Les métiers de la création
Le graphisme
Le design

Société des Graphistes du Québec, 1974

« Le graphiste est celui dont l’occupation principale consiste à créer, choisir, organiser les composantes d’une communication visuelle commandée et reproduite à deux dimensions pour diffusion. »
Réfléchissons à quatre points de cette définition. Un graphiste est une personne qui choisit ou organise les composantes visuelles d’un projet graphismique : il est au premier chef habilité à gérer la mise en forme d’un message. Un graphiste, c’est comme un architecte qui conçoit les plans ; il ne les dessine peut-être pas lui-même, et en tout cas, il n’est pas contraint de construire de ses propres mains. De même, on peut être graphiste sans créer ou réaliser soi-même des images. Même un graphiste réputé n’est pas nécessairement bon illustrateur ou habile infographiste. Un graphiste est avant tout un maître d’œuvre. Les projets graphiques ainsi élaborés sont des projets de communication visuelle ; ils ont donc pour but d’aviser, d’instruire, d’expliquer, de divulguer, de persuader, bref, de communiquer. Leur qualité première n’est ni d’être beaux, ni d’attirer l’attention, ni même d’être originaux ; c’est d’assurer la transmission effective de l’information d’émetteur à récepteur. Le graphisme est un art (visuel) appliqué… à la communication ; mais le graphisme est davantage un champ d’application du design où la fonction prime sur la forme. Le graphiste est finalement un être hybride qui sait marier effectivement arts visuels et communication. Par ailleurs, un projet graphismique répond toujours à la commande explicite d’un client ; le graphiste joue le rôle d’un intermédiaire entre ce client (personne ou organisation) qui a un message à transmettre, et les destinataires du message. Une personne talentueuse qui fait des images pour se faire plaisir, comme exutoire à son imagination débordante ou pour exprimer son monde intérieur n’est pas un graphiste ; c’est un artiste. Le graphiste, lui, agit comme un haut-parleur: il sait mettre en forme le message de son client de telle sorte qu’il soit parfaitement recevable et compréhensible par les destinataires visés. Les messages graphismiques ainsi mis au point doivent être reproduits pour diffusion; ici, l’œuvre rare, unique, n’a pas sa place. Le graphiste travaille généreusement et sans arrière-pensée pour la communication publique, voire la communication de masse. Son œuvre est reproduite à des milliers d’exemplaires par les voies de l’imprimerie, voire de la télévision. Et s’il arrive qu’il réalise un chef d’œuvre, ce sera un chef d’œuvre voué à la rapide disparition dans les oubliettes du nombre et du quotidien. Bien !

Nous savons désormais ce qu’est et ce que n’est pas le graphisme. Mais le graphisme selon cette définition est une profession jeune. Si jeune en fait que le mot « graphisme » n’apparaît pas dans cette acception au Petit Robert, et que le mot ‘graphiste’ n’y apparaît pas du tout. Le mot a sans doute été lancé par des professionnels germanophones dans les années 40 (graphiker), puis est passé au français dans les années 60. Les anglophones parlent plutôt de graphic designer, expression que certains professionnels québécois veulent reprendre. (Ce serait malheureux, car le terme designer n’est aucunement descriptif de notre métier – et le terme même de « graphiste » commence à peine à s’imposer dans la population. Mais si le mot n’est encore aux yeux des lexicographes qu’un néologisme, il y a belle lurette que des visualistes réalisent des images fonctionnelles, des images qui doivent avant tout communiquer.

J’ai rencontré Claude Cossette cette année là, lors d’un échange-rencontre des compagnons de Lure et des Graphistes Québecquois. Cloutier, Beaupré, Cossette nous ont reçu (en compagnie de Gérard Blanchard) royalement. Et le texte ci-dessus n’a pas vieilli d’un iota.

Extrait de «Petite histoire du nouveau graphisme québécois» par Claude Cossette

D’autres définitions

D’autres définitions -en anglais- peuvent être trouvées sur le site du Conseil international des associations de design graphique
(International Council of Graphic Design Associations – Icograda).

http://expositions.bnf.fr/graphis/images/3/016.jpg http://expositions.bnf.fr/graphis/images/3/003.jpg
Philippe Apeloig, fête du Livre d’Aix en Provence, 1999

Ce contenu a été publié dans Formation et méthodo, Opinions et Im-pertinences. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Graphiste : n. masculin/féminin | Vocabulaire et définitions

  1. ramdane b dit :

    salutation
    je trouve que tu es un picaso si tres intéressant votre site .