Jacques Séguéla | typographie des marques et l’avenir de la presse quotidienne

seguela-intro-im.1171123947.jpg

Voici l’interview complet de Jacques Séguéla que j’ai réalisé chez Havas, vendredi 9 février dernier. Un podcast de grande qualité grâce à mon compère Jean-Charles Baudot, designer interactif, qui m’a fait l’honneur malgré son emploi de temps plus que chargé de mettre en marche son Nagra numérique et ensuite mixer-nettoyer le podcast pour ne garder que l’essentiel de la prise de son.

Thèmes forts: «moi je suis fils de Lubalin…», «on peut presque parler du son qui émane d’une typographie…», «…une Marque, devrait exiger une typo spacifique de ses agences…». «Delpire a créé une typo exclusive pour Citroën…», «la campagne pour Carrefour… pourquoi payer plus cher ce qui n’est qu’une Marque… typo dépouillée, populaire… le Franklin», «le net oblige d’aller encore plus vers des codes visuel… le net est en train de tuer la typo…», «le numérique est en train de tuer la culture…», «Les Anglo-saxons sont beaucoup plus rigoureux sur le respect de leurs codes graphiques… maîtres du Print…», «sortie de crise de la Presse, la stratégie du Monde pour les dix ans à venir…», «…une image vaut mille mots disait Mao Tze Tung…», «Le poids des mots et le choc des photos… Roger Thérond…», «le gratuit du soir, un access au prime time de la soirée…»…

On ne peut que constater l’extraordinaire vitalité de Jacques Séguéla, même si parfois il s’emmèle les pinceaux (la chronologie des habillages de télé) et présente le net comme une monde sans sensualité… on peut ne pas être d’accord ;-) mais dans l’ensemble il semble maîtriser plutôt bien les sujets qu’il aborde nous donnant une vision du futur de la Presse plutôt optimiste. La sortie de crise est au bout d’un tunnel qui fut déjà stigmatisé par Jean Gabin dans un film de Denis de la Pattelière pendant les années 50. Je vous laisse deviner le film dont il s’agit. Les trois premières bonnes réponses recevront un grand salut chaleureux de design et typo ;-)

La mise en page de Matin Plus est assurée par les services artistiques du journal Le Monde en lui conférant une rigueur et une qualité de layout digne des meilleurs quotidiens payants. Preuve s’il en faut que le gratuit n’est pas condamné à délivrer un design de «chiottes» au prétexte que tout le monde s’en fout.


zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir zoomez pour agrandir

je voudrais aussi remercier Daniel sans qui cet interview n’aurait pas pû se réaliser.

Ce contenu a été publié dans Galaxie Gutenberg, Opinions et Im-pertinences, Typographie et typographies. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Jacques Séguéla | typographie des marques et l’avenir de la presse quotidienne

  1. Il était temps dit :

    Je suis ravi de voir de grandes gueules de la Pub, enfin déclarer l’importance de la typographie, et comprendre qu’une publicité doit séduire l’oeil et non le contrarier !
    Pour avoir lu le livre d’Ogilvy « la publcité imprimés » condensé de bon sens en la matière réédité dans les anéées 80 , j’ai pourtant depuis ce temps pu décerner le bonnet d’âne à certaines campagnes d’affichage qui écrivaient un slogan en lettre capitales ( peu au premier coup d’oeil donc le plus souvent illisibles) ou qui avaient un sens de lecture incohérent. Ces campagnes étaient signées de grande eneigne de la pub. Je suis ravi de ce retour à l’intelligence des normes (de lisibilité) au moment d’internet, ou pourtant beaucoup d’éditeurs n’ont pas encore remarqué que la page de l’écran était en paysage et non en portrait !