Garamond vs Garamond | physiologie d’un caractère typographique

Re-édition d’une note publié la première fois le 3 février 2006.

En attendant un nouveau billet (suis en plein bouclage d’un magazine ;-) que je prépare pour lundi prochain, je vous invite à revisiter cette note. Et surtout n’hésitez pas à me laisser vos commentaires…

Avertissement: an English translation of this chronicle is available here . Thanks for his author : Barney Carroll

Garamondvsgaramond10

Combien de fois a-t-on entendu cette exclamation: «que c’est beau un Garamond!»… Oui sans aucun doute, il est beau ce caractère, bien que j’abhorre user de cette expression. En l’occurrence on peut dire d’une voiture qu’elle est belle, et puis on se pose ensuite la question du pourquoi. Bien sûr la réponse est sans doute dans la manière d’aborder la création typographique. Il y a celle, dessinée patiemment à la main (handtooled), qui donne aux lettres cet aspect artisanal qui fleure bon le terroir et les meubles de campagne, et puis la création moderne, beaucoup plus conceptuelle, en rupture tel l’art contemporain avec des siècles de tradition et d’idées reçues. Ce qui ne veut pas dire non plus qu’ils ne sont pas beaux. Mais leur objectif n’est plus de l’être tout simplement, mais d’interpeller, voire de choquer. Et je pense en particulier aux caractères de Zuzana Licko qui inventant, au moment où ce n’était pas possible de faire autrement, les caractères Bitmap sur Macintosh au milieu des années 80, fait faire un bond en arrière ou en avant à la création des lettres. En avant si l’on considère l’expression moderne d’une nouvelle ère de la télématique, du digital, du numérique, en arrière si l’on considère le travail accompli par les centaines de créateurs de formes alphabétiques qui œuvrent depuis des siècles à améliorer l’écriture et sa lisibilité. Deux écoles donc, deux manières d’aborder la critique typographique et je ne saurais en choisir un au détriment de l’autre, tant il est indispensable de faire cohabiter créativité, novation aux cotés de la promotion des traditions ancestrales.

Garamondvsgaramond1_1

Les Garamond de la famille des Garaldes, par opposition à Humanes et Réales datent du 16e siècle. En rupture avec le dessin des Humanes. Celles-ci sont finalement l’œuvre de dessinateurs qui à l’aide du Pantographe reportaient sur les poinçons un tracé finement exécuté au contraire des caractères Humanes qui pouvaient être encore l’œuvre de scriptoriums, tracés à la plume sur du velin. Au vingtième siècle nous nous sommes retrouvés grâce à la volonté de fondeurs audacieux et plus tard aux courbes de Béziers avec environ 5-6 déclinaisons de l’original dessiné par Claude Garamond.

Le Garamond de Francesco Simoncini (Simoncini foundry, Bologna, 1958), puis celui de la fonderie Stempel devenu plus tard Linotype, dessiné en 1924 à Frankfurt, le Garamond de la fonderie Monotype dessiné en 1922 par Fritz Max Steltzer à Salfords, et plus récemment donc grâce à l’avènement du Postscript et des courbes de Béziers, celui d’Adobe, dessiné par Robert Slimbach à San Francisco en 1988, précédé du très élégant Garamond de Tony Stan en 1970 dessiné pour International Typeface Corp à New York en 1970. Berthold aussi, qui a repris un dessin proche du Garamond de Deberny et Peignot a commis un dessin qui serait parmi les plus proches de l’original dont les poinçons sont actuellement rangés soigneusement dans le cabinet des poinçons fermé désormais à la visite du public (imprimerie nationale). Voici les différents tracés de la lettre G du Garamond où l’on voit qu’il s’agit de modèles totalement différents, où les courbes ne se superposent pas et donc je vais m’efforcer de vous donner les clefs d’une analyse pour que vos yeux s’habituent à comparer ces caractères, grille de lecture qui peut vous servir pour en comparer d’autres également.

Garamondvsgaramond11

Voici quelques lignes composés avec ces différents modèles de Garamond (cliquez sur les images pour les voir à la taille de lecture optimale à l’écran):

Garamondvsgaramond2_1

Et encore:

Garamondvsgaramond3

cliquez sur les images pour les voir à la taille de lecture optimale à l’écran.

Voyons dans le détail les différences entre toutes ces formes alphabétiques:

Garamondvsgaramond4_1

J’ai posé un rond gris sur les points où votre regard doit se porter pour vous permettre d’analyser les différences de conception. La forme des empattements plutôt carré avec des angles vives s’approchent de celles de l’original. La goutte du <a>, de l’attaque virtuelle de la plume (car nous ne sommes plus dans le tracé calligraphique, bien au contraire, mais dans le dessin à proprement parler. Cependant Simoncini attaque encore le <a> comme s’il tenait un calamme ou une plume calligraphique, d’où un aplatissement dans cette partie du <a>. Dans l’ensemble le Simoncini à la fois souple et traditionnel est assez proche de celui du Garamond de Claude G.

Garamondvsgaramond5_1

Même chose pour celui dessiné par Robert Slimbach pour Adobe. Sauf pour les angles des empattements qui sont émoussés, arrondis comme si on voulait reproduire la foulure du plomb dans le papier après de multiples usages. C’est d’ailleurs une démarche très proche des Éditions Gallimard, qui en 1985 s’étaient adressé à une société française Microtype pour digitaliser (entendez vectoriser) un Garamond usagé (imprimé déjà avec des lettres usées) pour leur permettre de composer la collection de la Pléiade avec du Garamond sur des systèmes de photocomposition digitale. Modernité des process associé à un neotraditionalisme que Claude Garamond lui-même aurait sans doute dénoncé comme une hérésie s’il avait été un contemporain.

Garamondvsgaramond6_2

Le Garamond de la Monotype est résolument différent, cliquez ci-dessus pour agrandir la vue. Les empattements sont dessinés de manière presque malhabile, différents selon la lettre, et même différents au sein de la même lettre (le H cap est révélateur, mais aussi le m bas de casse). Les formes arrondis sont franchement d’une facture dessinée et non tracée à la plume, la goutte du <a> quasiment filiforme, et le ventre de la même lettre très réduit en rapport de la partie supérieure, semble tomber littéralement. très intéressant aussi les contrastes entre pleins et déliés. Relativement peu marqués. Nous sommes en présence d’un caractère Garalde par sa filiation mais quant à se réclamer du Garamond, il y a un pas. Je vous laisse le loisir de le franchir. Pour ma part j’ai souvent eu le sentiment que la dénomination des caractères avait un rapport avec le marketing et pas seulement avec la forme. Il est certes plus facile de vendre un Garamond ou un Times, qu’un Janson ou un Goudy. Surtout sur le marché Français. Mais je vous parle d’une époque où l’on achetait des polices de caractères (une police = un kilo de caractères en plomb dans un style et un corps donné. L’assortiment des lettres étant codifié par les règles linguistiques de la fréquence des lettres dans chaque langue).

Garamondvsgaramond7

Le Garamond ITC de Tony Stan dessiné en 1970 est remarquable par l’équilibre des pleins et déliés, par la régularité des empattements, légèrement arrondis de même qu’incurvés dans leur partie horizontales. L’œil des lettres, bien ouvertes, l’équilibre des proportions entre la ligne de lecture et la ligne de base. l’harmonie donnée par les arrondis réguliers font de cette typo un excellent caractère de titrage qu’Apple avait bien compris puisque c’est celui retenu pour la comm. de la firme de Steve Jobs. Quant à l’utiliser en corps de texte (8,9,10,11,12) il présente les défauts de ses qualités. Trop régulier, trop géométrique, il supporte mal une lecture longue, celle d’un roman par exemple. D’autant qu’il chasse pas mal également (c’est celui qui chasse le plus dans les exemples montrés ci-dessus. On préférera utiliser un Garamond de Stempel pour composer un livre ou des brochures où l’encombrement typographique commence à intervenir dans le process économique de l’édition.

Garamondvsgaramond8

Le Garamond de Berthold, mise à part l’angle d’attaque des <a> ou des <m> (4,10), correspond le mieux à l’esprit de celui dessiné au 16e siècle. Il est moderne-ancien par les formes carrés et traditionnelles, par la tenue d’une plume virtuelle dans le dessin. Légèrement médium ou demi-gras, le régular correspond le mieux de même à l’esprit d’un caractère plomb qui «foule» le papier, au contraire de celui d’ITC, résolument maigre et presque trop délicat.

Stempelgaramond

Si j’étais épris de tradition, j’aurais une vraie préférence pour le Garamond de Stempel, qui a mon sens est plus une Humane-Garalde qu’une Garalde pure. À cause du <a> bdc (6, 10), très gothique. Mais l’équilibre des pleins et déliés, le léger arrondi des empattements, ainsi que l’harmonie entre longueur des patins et largeur des lettres confèrent à cet alphabet un air d’authentique alphabet de la renaissance post-gothique. La seule chose que je pourrais lui reprocher c’est qu’il chasse aussi pas mal et donc difficile à utiliser en édition courante.

Sur l’illustration ci-dessous, l’on peut voir de très grandes variations entre les dessins des uns et autres. La fourchette sup. et inf. des capitales ainsi que celle des bas de casses montre à l’évidence des stratégies de design sensiblement différentes.
Sous entendu: tous ces dessins sont issus du même corps. La Cap du H de Berthold occupe toute la partie supérieure du talus, alors que celle d’ITC est presque 17% moins haut. Cela en dit long sur toute la stratégie d’Aaron Burns et Herb Lubalin durant leur exercice à la tête d’ITC. Réduire l’encombrement des textes, leitmotiv qu’ils ont appliqué à toute la production d’ITC durant une vingtaine d’années. Mais alors, pourquoi leur Garamond chasse-t-il plus que celui de Berthold. C’est là le mystère de la création de caractères. Il ne suffit pas de baisser un dessin sur le talus (aujourd’hui virtuel grâce aux dessins vectoriels), pour qu’automatiquement un caractère chasse moins. C’est tout l’équilibre de l’alphabet qui contribue à déterminer l’économie spatiale d’un caractère: hauteur des caps, hauteur de l’œil de la bas de casse, largeur (chasse) des lettres, et aussi bien sûr les approches que l’on va programmer sur son ordinateur. C’est bien parmi les problèmes que l’on pose au créateur dans un cahier de charges pour un dessin de caractère destiné à un journal qui veut relifter sa mise en page.

Garamondvsgaramond9

Un dernier regard s’impose à nous lorsqu’on veut vraiment entrer dans l’anatomie d’un caractère. Regardez les planches suivantes (en cliquant dessus pour profiter pleinement de la taille réelle).

Garamondvsgaramond12

Garamondvsgaramond13

Garamondvsgaramond14

Garamondvsgaramond15

Garamondvsgaramond16

Garamondvsgaramond17

Où l’on voit deux choses:
1| Les dessins sont bien différents en hauteur à l’intérieur de l’espace verticale du talus (le talus c’est la partie supérieure d’une lettre plomb, sur laquelle on trouve la lettre en relief; la hauteur d’un talus est égale au corps de la lettre. Ainsi lorsque vous utilisez un Arial c.12 cela ne veut pas dire du tout que la hauteur de la lettre est égal à douze points. Celle-ci est égale environ à 66% de la hauteur du corps, ainsi un corps douze nous donne des capitales hauts d’environ 8 points). Le talus doit comprendre aussi bien les Capitales, que les lettres montantes <b, d, f, h, l, t> qui quelquefois (futura par ex.) sont plus hautes que les caps., mais aussi les descendantes <g, j, p,q, y>.

2| Les axes des contreformes ont des angles très différentes selon les dessins: ceux du Simoncini et du Berthold, sont les plus penchés en arrière (ceux qui par effet d’optique nous font pencher la forme vers l’avant). Le Garamond d’ITC et de la Monotype ont les contreformes les moins inclinées, qui confèrent à l’alphabet un aspect plus statique. Cela peut jouer sur la rapidité d’une lecture où l’œil cherche à fuir en avant le plus vite possible (lecture rapide).

Que l’on crée un alphabet ou un logotype on se posera toujours ces questions pour comparer, analyser, décrypter les formes alphabétiques. Cela permet de choisir ou dessiner la bonne forme pour le bon usage.

Et pour le fun, je suis revenu sur le sujet en février 2007, en publiant une note où je mets en perspective des formes du Garamond avec les différences d’interprétation d’une pièce musicale de Jean-Sébastien Bach. À écouter ici.

Avertissement: an English translation of this chronicle is available here. Thanks for his author : http://barneycarroll.com/garamond.htm
Filetnoir_60

Ce contenu a été publié dans Typographie et typographies. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Garamond vs Garamond | physiologie d’un caractère typographique

  1. Jan Tonellato dit :

    Concernant la controverse relative à la pièce maitresse entre Garamond et Jannon, je voudrais aussi proposer l’analyse du texte «De Aetna», ouvrage publié en 1495 par Aldo Manuzio à Venise avec un caractère typographique original gravé par Francesco Griffo. Si vous observez des pages de cet ouvrage, en photo ou en consultant les originaux à la bibliothèque Braidense de Milan, vous remarquerez que la forme des minuscules est identique (dans la limite des imperfections d’impression) à celle de Claude Garamond (vécu entre 1480/1500 et 1560, dont travail successif au De Aetna). Au contraire, les majuscules du Garamond diffèrent et sont plus soignées.
    Cela pour relativiser l’aura dont Claude G. jouit et apporter un complément d’information qui n’apparait souvent dans les ouvrages francophones.

Les commentaires sont fermés.