Typographic Communications Today (4) | Edward M.Gottschall

Filetgottschall_raub

Notes précédentes :

La Typographie selon Edward M. Gottschall | intro

Les Peintres et les Lettres | préface d’Alain Korkos à Typographic Communications Today

Graphic Design 20th Century | typographie approximative

Typographic Communications Today (1) | Le Wlassikoff

Typographic Communications Today (2) | du plomb au numérique

Typographic Communications Today (3) | Edward M.Gottschall

Le Chapitre III s’intitule : L’ordre après le Chaos

Gottschall_037
El Lissitzky réalisa ces pages pour le «Voice» en 1923: des mots à voir sans être entendus. Cette phrase de Lissitzky me renvoi à mes écrits sur l’utopie graphique que j’avais publié au début de ce blog. (Voir les articles consacrés à Hermann Zapf et Neville Brody). Il s’agit ici d’un recueil de poème ou le graphiste a conçu un index alphabétique qui se lit comme les touches d’un piano.

Gottschall_038Gottschall_039
Piet Mondrian, une composition de 1929. Gottschall lie une relation avec l’artiste Vilmos Huszar qui dessina le titre (juste à côté de la figure de Mondrian) pour le De Stijl.

Gottschall_040Gottschall_041Gottschall_042Gottschall_043
Piet Zwart, mises en page. Introduction des diagonales, des cercles et des courbes géométriques.

Gottschall_045Gottschall_046
1924, H.N.Werkman

Gottschall_049
Un prospectus dessiné par Laszlo Moholy Nagy pour le Bauhaus.

Gottschall_051
Caractère Universal dessiné par Bayer, 1925, de même que les mises en page ci-dessous (1923)

Gottschall_053Gottschall_054
Où l’on voit (1952) que Bayer s’est libéré des contraintes géométriques pour un «free style» plus organique. Publicités corporate pour le Western Man.

Gottschall_055Gottschall_056

Gottschall_057

Gottschall aborde ici dans son Chapitre IV l’influence dominante du Bauhaus. Lorsque je regarde aujourd’hui cette mise en page d’Herbert Bayer pour le Harper’s Bazaar, je me dis tout de même, quel courage, quelle témérité ces artistes ont du déployer pour imposer une grammaire graphique aussi mathématique. Bien entendu on me dira qu’avec l’industrialisation et l’émergeance des villes sur les campagnes il était «naturel» de retrouver dans l’expression graphique et artistique (le cubisme), une nouvelle structuration des espaces d’information et publicitaires. Sauf qu’ils ont été les précurseurs, les premiers. J’imagine sans peine le degré de personnalité qu’ils ont dû atteindre pour combattre toutes les inerties de l’époque.

Gottschall_061Gottschall_062
Affiche par Jan Tschichold, 1937. Dynamique, toute en bas de casses (minuscules), l’espace blanc est utilisé comme un élément graphique à part entière.

Tschichold a fait parti du Bauhaus avec Walter Gropius et donc suivit tous les préceptes modernes du constructivisme conceptuel. Mais il prit du champ lorsqu’il comprit l’impossibilité d’épanouir son goût pour la calligraphie et les lettres anciennes. Sans doute pour cela qu’il dessina très tardivement le Sabon. Son texte dans «Die Neue Typographie» lui valut d’être accusé de vouloir créer une typographie antigermanique par les Nazis. Fuite en Suisse. Etc. Le livre de Gottschall est à ce titre exemplaire parce qu’il mêle à la fois l’histoire des grands mouvements avec des citations-interviews des artistes. Très vivant.

Gottschall_063Gottschall_064Gottschall_065
Qu’est ce qu’une grille? Le concept nous dit Gottschall existait déjà chez les moines Boudhistes Zen. Il fut redécouvert au XXe par les architectes comme Le Corbusier (Le Modulor) et mis en pratique par Herbert Bayer, Max Bill et Richard Paul Lohse.

Aujourd’hui l’utilisation des grilles s’est considérablement banalisée par le fait même des Softwares de mise en page qui d’emblée, à l’ouverture d’un document vous proposent de subdiviser les pages en colonnes et marges. Mais en ce début du XXe il s’agissait d’une véritable aventure-réflexion sur la manière d’organiser les espaces d’information (Journeaux, catalogues, rapports) et de publicité.

La chronologie (le Timeline) de Gottschall est relativement simplificatoire (?). Début du siècle; l’avant-guerre (14-18 et 39-45); l’après-guerre; les révolutions technologiques; les révolutions visuelles (typographie, illustration, photo, graphisme) qui s’étendent jusqu’à l’écriture de l’ouvrage. Mais il est magnifiquement documenté, un vrai plaisir didactique et tout simplement visuel.

Gottschall_066
Nous sommes là déjà dans le Chapitre VI: Clareté et Systèmes de Grille. La typographie suisse triomphe. Bien entendu nombre d’artistes comme Tschichold venaient d’Allemagne et du Bauhaus qui avait insuflé cette rigueur architecturale.

Gottschall_067Gottschall_068

Chaque problème posait la nécessité d’inventer une grille adaptée. Ci-dessus des affiches de concert réalisés par Josef Müller Brockmann pour le Tonhalle Gesellschaft de Zürich.

Gottschall_070Gottschall_071
espaces géométrisés, découpés, en colonnes, en cercles concentriques, flux de lecture agréable et rythmé, sobriété des moyens, couleurs pastels avec aplats noirs… organisent les messages pour le plus grand confort du lecteur. Les artistes, de plus en plus confrontés aussi à l’émergeance d’une société de consumérisme, où les espaces économiques et culturels entrent en compétition permanente. Cela dit Gottschall relève aussi les conflits naissants avec des artistes désireux de s’affranchir de ces rigueurs trop protestantes. La rebellion s’organise.

suite lundi 4 sept.

Filetgottschall_raub_4

Ce contenu a été publié dans Histoire des Arts Graphiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Typographic Communications Today (4) | Edward M.Gottschall

  1. Leuch Lisa-Jeanne dit :

    Bonjour
    Je suis graphiste et j’enseigne le cours de typographie à l’école d’art appliquée à Genève serait-il possible de m’indquer le nom de ce livre dont vous montrez les visuels.
    En vous remerciant Lisa-Jeanne Leuch